Page d'accueil Menu: Histoire Menu: Spiritualité Menu: De par le Monde Menu: AmiEs des ss.cc.j.m. Menu: Divers Menu: Plan du site
Menu : HistoireNom officiel/FondatriceHistoriqueSpiritualitéChapitreMission et engagementMille traits de charité Amélie FristelBande dessinée Amélie Fristel
            En lisant l’histoire d’Amélie Fristel dans «  La Passion de la Charité  » on découvre les «MILLE TRAITS DE CHARITÉ… » (p. 127 à 133) qu’elle a su incarner depuis son jeune âge jusqu’à ses derniers jours… Par exemple, on pourra découvrir…

MILLE TRAITS DE CHARITÉ...

Compassion 
Présence aux démunis
Générosité
Souci des pauvres
Miséricorde
Charité
Dévouement
Son esprit d'initiative
Sa vigilance à secourir les pauvres
Spiritualité engagée
Bienveillance
Partage de ses talents
Obéissance
Confiance
Sa foi en la Providence

Son obéissance

11 septembre 1855… un désir de Monseigneur Brossais Saint-Marc allait causer bien des hésitations et des inquiétudes à la fondatrice. Il lui demandait d’engager la communauté naissante dans une nouvelle œuvre, qui pouvait lui sembler une mission impossible : l’enseignement dans les petites écoles de campagne !

Si les sœurs étaient prêtes à répondre avec l’enthousiasme de la jeunesse, Mère Marie-Amélie, elle, dut livrer un véritable combat intérieur. D’abord son âge. Pouvait-elle à 57 ans embarquer sa communauté dans une direction imprévue, pour laquelle elle ne s’était jamais sentie appelée ? Certes elle avait été jadis l’institutrice bénévole de ses neveux et des enfants de Beaulieu. Mais vingt ans avaient passé depuis….

Finalement, après bien des hésitations, Marie-Amélie a arrêté sa décision ; elle écrit alors à Monseigneur Brossais Saint-Marc une lettre, en voici quelques extraits :

« …Nous sommes encore au berceau et nous ignorons si notre œuvre est destinée à vivre quelque temps : mais nous avons mis en Dieu notre confiance : s’il permet que nous fassions un peu de bien en passant, nous l’en remercions de tout notre cœur.

Nous le savons, Monseigneur, nous venons après bien d’autres, plus pieux, plus habiles que nous ; nous ne ferons que glaner après nos maîtres, mais nous espérons que le divin Père de famille nous tiendra compte de notre bonne volonté et ne dédaignera pas notre petite gerbe.

Nous sommes donc tout entières à votre disposition, Monseigneur, bien résolues de faire toujours ce qui nous sera possible pour correspondre à vos désirs… »

  • Pourquoi Amélie hésite-t-elle à accepter la demande de Monseigneur Brossais ?
  • Dans sa réponse, pouvez-vous percevoir quelques traits d’Amélie Fristel ?
  • Pouvez-vous faire des liens avec des événements de la vie de Jésus ?
  • Est-ce que ces liens vous interpellent dans votre vie de tous les jours ?

Sr Marie-Paule Ducharme, ss.cc.j.m.